Sélectionner une page

Le JHM et le Rassemblement National en Haute-marne:

À quelques jours, pour ne pas dire quelques heures de l’élection européenne 2019, ici en Haute-Marne, le journal de la Haute-Marne JHM interdit la publication du communiqué de Frédéric Fabre, Conseiller Régional et Maire de Doulaincourt-Saucourt, en réaction au billet d’humeur militant du « journaliste » Frédéric Thévenin. Réponse de fin de non-recevoir du quotidien départemental seul le journaliste qui a écrit son article décide ou non de publier le droit de réponse ? Une étrange façon de pratiquer le journalisme en démocratie,  d’autant que dans le même temps, Julien Volot Maire de Signéville verra sa réaction à l’article sur la PAC publié, mais la semaine prochaine après les élections ! Bref afin d’informer les Hauts-Marnais voici les articles du JHM concernés et les communiqués de Frédéric Fabre et de Julien Volot

Article du journaliste militant Frédéric Thévenin:

Réponse de Frédéric Fabre à Frédéric Thévenin:

Comme à chaque veille de scrutin, nous avons constaté, dans le JHM du 17 mai, que Mr Thévenin prenait sa plume de militant zélé afin de critiquer le Rassemblement National. Cette fois,  il est même allé plus loin, car si seul le Rassemblement National est cité, tout y passe, électeurs incapables d’analyses cohérentes, calomnies sur les candidats,  rejoignant ainsi les caricatures habituelles entendues dans des medias nationaux….D’aucuns pourront  souligner le mépris récurrent de ces personnages autoproclamés « référents moraux » qui excluent d’emblée tout débat contradictoire.En voilà encore un bel exemple.

Si Mr Thévenin avait des interrogations sur le Rassemblement National et son évolution, il n’était pas nécessaire de faire les questions et les réponses. J’étais à sa disposition pour l’éclairer, lui expliquer pourquoi lorsque notre mouvement politique change de nom pour choisir celui de Rassemblement National, il y a une volonté d’évolution de ligne avec pour conséquence la présence sur notre liste, de Mr Mariani ancien ministre, de Mr Garraud magistrat antiterroriste, tous deux anciens UMP mais aussi Mme Maxette Grisoni présidente de la FDSEA de Guadeloupe . D’ailleurs, le positionnement de cette dernière aurait dû intéresser  la page agriculture du journal, pourtant pas un mot à ce sujet.

Mr Thévénin aurait tout aussi pu choisir d’alimenter le débat et fournir des éléments de réflexion aux électeurs,  justement sur l’agriculture, en interrogeant les candidats Haut-Marnais à cette élection, il y en a trois et faut-il le rappeler, tous sont accessoirement en prise avec le monde agricole. Il ne pouvait pas profiter de meilleure opportunité pour obtenir des réponses à ses questions. Mais pour cela, il aurait fallu vouloir faire du journalisme et pas du militantisme, C’est consternant! Heureusement, je connais le professionnalisme et surtout l’éthique de nombre de journalistes de notre quotidien local auquel nous restons attachés. »
Frédéric FABRE
responsable départemental du RN
candidat aux électionx européennes.
Maire de Doulaincourt-Saucourt
Conseiller Régional Alsace Champagne Ardenne Lorraine
Commission agriculture et forêt
Commission développement économique

Article JHM sur la Politique Agricole Commune (PAC)

La réaction de Julien Volot Maire de Signéville :

La PAC, traitement des maux de l’agriculture…

La PAC conditionne effectivement la survie des agriculteurs  du département. Mais en quoi cette Politique s’attaque-t-elle réellement aux problèmes des agriculteurs ? N’est-elle pas seulement un traitement des conséquences des maux agricoles ?

Rappelons-le, ce dispositif européen provient du budget européen mais alimenté par la contribution Française. La France qui verse d’ailleurs plus que ce qu’elle ne reçoit. Et cette contribution alimente aussi des pays Européens qui n’ont pas les mêmes règles que nous.

Nous, agriculteurs, sommes livrés au libre-échange sans limite, sans barrières, et ces aides sont censées compenser. Mais ne serait-il pas plus judicieux d’éviter d’importer des denrées alimentaires qu’aucun agriculteur français n’aurait le droit de produire ?

Obliger ces produits à respecter nos normes environnementales, sanitaires et sociales aiderai sérieusement nos agriculteurs et protègerai nos consommateurs. La culture est exclue du champ des négociations commerciales internationales et permet de conserver un patrimoine culturel français exceptionnel. Alors appliquons ce principe à notre agriculture, exceptionnelle de par son excellence. Ces aides ne compenseront jamais les déséquilibres des traités de libres échanges.

Quant à ce dogme, de la puissance exportatrice de l’Union européenne, j’en suis pantois. D’après les statistiques de la commission européenne, nous ne sommes plus autonomes en matières premières agricoles qui nourrissent nos hommes et nos animaux (céréales et oléo protéagineux, principales productions du département). L’Union européenne a importé en 2018 plus de 62 millions de tonnes de soja, tourteaux, huile,  maïs pour n’exporter que 33 millions de tonnes, en grande partie de blé*.

Alors la Politique de l’Union Européenne qui maintient plus ou moins, et plus souvent moins que plus, la tête hors de l’eau des agriculteurs ne remplit plus ses objectifs de sécurité et autonomie alimentaires. Je ne peux pas m’en satisfaire, et au vu de la prochaine mouture de la PAC, je ne vois pas en quoi plus d’Union Européenne sauvera l’Agriculture Française.

Un échange international plus juste, une exception agriculturelle française, un stop aux traités de libre échange, et une réorientation des productions vers le marché intérieur me semblent essentiels pour accompagner les aides aux producteurs.

Julien Volot
Maire de Signéville
*Source :
https://ec.europa.eu/agriculture/market-observatory/crops/cereals/statistics_en
https://ec.europa.eu/agriculture/market-observatory/crops/oilseeds-protein-crops/statistics_en